En date du 21 septembre 2021, ASAPSU a mené avec ses partenaires de la Société civile ivoirienne, un atelier sur la reconstitution du Global Financing Facility ou Mécanisme de Financement Mondial “GFF que nous voulons” en Côte d’Ivoire. Cet atelier se base sur un sondage réalisé auprès des partenaires et nous a permis d’avoir une vue d’ensemble sur les besoins de la Société civile ivoirienne.
A l’issue de cette concertation les Organisations de la Société Civile ont rédigé un ensemble de recommandations pour contribuer à la reconstitution du « GFF que nous voulons » en Côte d’Ivoire. L’objectif ici est double : il s’agit d’accentuer l’attention du GFF sur les besoins des communautés dans le cadre de la Santé de la Reproduction, de la Mère, du Nouveau-né, de l’Enfant et de l’Adolescent + la Nutrition (SRMNEA+N) dans un contexte de pandémie tout en renforçant la place de la Société Civile comme acteur majeur dans l’atteinte des objectifs du GFF d’ici 2030. Les Organisations de la Société Civile (OSC) de Côte d’Ivoire réunies estiment donc que le GFF améliorerait son impact sur les enjeux de santé reproductive du pays si les mesures suivantes étaient prises :
1. Améliorer l’adaptation des ressources du GFF aux stratégies nationales de renforcement du système de santé (Plan National de Développement PND, Plan National de Développement Sanitaire PNDS, Plateforme Nationale de Coordination du Financement de la Santé PNCFS, Dossier d’Investissement DI)
2. Répartir plus équitablement les ressources et le financement du plaidoyer des OSC
3. Soutenir l’accroissement de l’engagement des OSC et soutenir l’approche communautaire en :
4. Meilleure communication entre le GFF et les OSC